L’importance du ressenti

Je veux absolument vous parler d’une notion fondamentale que j’ai négligée à tort pendant des années: le ressenti.

Le ressenti, c’est quoi?  Prenons la définition :

“Éprouver une sensation physique, en tant que telle, agréable ou désagréable. Ressentir du bien-être; ressentir un coup, (de) la douleur, la fatigue, le froid, un malaise”

Il faut apprendre à écouter les manifestations et besoins de notre corps afin de pouvoir y répondre favorablement : Osez vous écouter et votre vie changera!

Faites confiance à votre corps

Le meilleur juge en la matière demeure le corps. Vous devez apprendre à écouter et à faire confiance à votre corps. Il est entendu que vous devez faire la distinction entre vos envies et les besoins réels de l’organisme. Avoir le goût de manger une barre de chocolat ou des bananes ne répond pas aux mêmes besoins physiologiques. Il faut apprendre à reconnaître les effets de ces aliments sur notre état général. Il n’est pas rare d’avoir besoin de manger un ou deux avocats (ou tout autre aliment physiologique) par jour pendant plusieurs jours alors que la portion suggérée est d’un demi avocat. Il est fort probable que votre organisme ait temporairement besoin de certaines compositions contenues dans cet aliment. Il peut arriver également que certains aliments, pourtant physiologiques, vous donnent la nausée. C’est toujours le corps qui se manifeste. Ces besoins, ces rages ou ces aversions sont, en général, passagers. Alors, si un aliment ne vous fait pas envie, même si l’on vous chante ses vertus, ne vous forcez pas. Dans tous les cas, il est préférable de suivre votre ressenti que de vous contraindre à une règle rigide.

Le repas équilibré

La notion si répandue de repas équilibré se base sur l’analyse des repas conventionnels, mais n’a aucune base valable dans le frugivorisme. La variété d’aliments consommés peut très bien s’étaler sur une période d’une semaine, d’un mois et même plus. Lorsque l’organisme est suffisamment nettoyé pour absorber efficacement ses nutriments, il n’a plus besoin de dose massive d’aliments. C’est là que le ressenti entre en ligne de compte. Au lieu de vous torturer l’esprit à savoir si vous consommez suffisamment de telle vitamine ou de tel nutriment, vous pouvez y aller selon vos envies. Si vous avez le goût de manger des bananes et des tomates et que vous ne vous en lassez pas, il n’y a aucun danger. Vous en perdrez le goût dès que votre corps aura été chercher ce dont il avait besoin dans ces aliments.

Prenons quelques exemples, où il faut privilégier le ressenti :

-Dois-je manger car socialement c’est l’heure de manger ? mais pourtant je n’ai pas faim ! maintenant il m’arrive de jeûner jusqu’à 17h car je sens que mon corps me réclame de le laisser tranquille.

-Avant je mangeais jusqu’à être ballonné et ne plus pouvoir me relever tant la digestion me demandait de l’énergie. J’ai appris à manger à satiété et à m’arrêter au bon moment, et qu’est ce que je remarque? Je digère mieux depuis.

-J’ai un coup de barre? Alors, j’entame une petite sieste réparatrice.

-Dois-je prendre ce complément alimentaire absolument à l’heure indiquée sur la boite alors que je ne me sens pas prêt? J’attends et mon corps me dira quand il le sera…

-Je fais souvent des mono-repas de fruits, quel délice et quelle digestion !

-J’ai froid, j ai chaud : cet aliment me donne froid, dois-je continuer à le prendre malgré qu’il me soit recommandé?

-Dois-je courir parce que c’est censé être bon pour une personne en bonne santé, alors que moi je suis épuisé ? Le repos ne me serait-il pas plus favorable en attendant des jours meilleurs ?

-Dois-je prendre une douche chaude ou froide ? alors que je viens de lire dans un magazine de santé que les douches écossaises sont recommandées [pour la plupart des personnes]?

-Dois-je continuer à travailler comme un fou alors que ce travail et ce rythme de vie me conduisent à ma perte?

Bref, vous m’avez compris, notre corps est très intelligent, il sait ce qui est bon pour lui alors faisons lui confiance…

Soyons dans l’être et libérons-nous du paraître…

Et après le ressenti, soyez attentif : il se pourrait que l’intuition pointe le bout de son nez… 😉